Le clic droit est désactivé : Reproductions interdites
logo

Oct 2009 – Galerie du Vert Galant – Paris

Event Details

  • From: 8 octobre 2009
  • To: 18 octobre 2009
  • Starting at: 11:00
  • Finishing at: 19:00

Address

  • Galerie du Vert Galant
  • 52 quai des Orfèvres
  • PARIS
  • 75001
  • France

Exposition Galerie du Vert Galant – Quai des Orfèvres – Paris

Cette galerie fut l’appartement de Yves Montand et Simone Signoret

INTERVIEW

Thierry Blot, est un peintre des sentiments. Son art exprime la douceur et incite au voyage : un enfant qui sourit et qui court, la nature toujours et encore, et Venise aussi, dont il aime analyser la couleur.

Outre ses huiles sur toile, l’artiste a également écrit un livre où il se raconte et nous livre ses affinités.

 Comment êtes-vous arrivé à cette méthode de travail, d’où vous vient votre ou cette vision du monde ?

J’ai appris à peindre avec mon père, il peignait des paysages avec un réalisme saisissant. Ma technique s’affinant, j’ai voulu sortir de cette façon ‘traditionnelle’ de retranscrire un sujet.

J’ai ressenti le besoin de peindre non pas la ‘réalité’ mais plutôt une émotion, une lumière émanant d’un paysage ou d’une personne : quelque chose qui pourrait être compris de tous, l’idée d’un « message universel ».

Cette étape a été très difficile, car lorsqu’on est peintre, il faut parvenir à passer au-delà de la technique et du motif, il faut assimiler le fait que vous n’avez pas besoin de prouver que vous savez dessiner ou peindre : l’envie de bien faire empêche souvent de bien faire…

Pour parvenir à ce résultat, j’ai du faire face à un grand questionnement pour finalement décider d’arrêter de travailler en extérieur (même si cette approche permet d’apprendre, elle a pour travers, parfois de vous rendre tributaire). Je fais d’abord des recherches, je m’imprègne de mon ‘sujet’ pour ensuite le peindre en atelier, sur plusieurs toiles en même temps. C’est ainsi que je parviens à raconter ma propre histoire

Quelle est votre technique picturale ?

Je ne fais pas de croquis, je peins directement au pinceau sur la toile. Je fais d’abord un glacis très clair, transparent et vaporeux. Ensuite, je commence à peindre la lumière, élément central de ma peinture, pour ensuite apposer des touches de couleurs, des plus claires au plus foncées.

Lorsque vous commencez une toile, avez-vous une idée précise de l’aboutissement souhaité ?

Pas vraiment…je sais ce que je vais peindre, certes, mais ma technique laisse libre court à mon imagination, aux ‘erreurs’ de coups de pinceau qui finalement s’avèrent être essentielles à la construction de la toile. Ce qui est important c’est de ne pas laisser passer le geste qui nous échappe et semble être une erreur : il faut tout voir !

La seule chose que je sais vraiment, c’est quelle lumière sera mise en évidence. Chaque toile se dévoile au fur et à mesure, c’est aussi pour cela que j’en peins plusieurs en même temps, pour parvenir à saisir ce que j’ai en tête.

Vos toiles sont souvent de petites dimensions. D’où vient votre préférence pour ce format ?

Cela vient tout d’abord de mes habitudes, j’ai commencé à peindre en extérieur. Dans mon enfance, je participais à des concours organisés par les municipalités. Je me suis habitué à peindre sur des toiles facilement transportables. Par la suite, j’ai du m’adapter à la taille de mon atelier, n’étant pas grand, mes toiles ne le sont pas : c’est comme pour un poisson, sa taille dépend de son aquarium…

Vous êtes très productif, c’est un besoin de peindre autant ?

Oui, peindre est essentiel pour moi, je dois même me limiter, si je m’écoutais, je pourrais rester des heures enfermé dans mon atelier. Cependant j’ai besoin de communiquer de rencontrer des gens, au fond je ne pourrais pas rester toujours seul dans mon atelier : question d’équilibre…

Est-ce que la réception de votre œuvre vous intéresse ?

Bien entendu ! Je peins pour moi et pour les autres, « c’est indissociable » c’est ma manière de concevoir l’art, c’est d’ailleurs l’élément qui a été le plus dur à surmonter lors de ma démarche pour affirmer mon style : je me demandais si mon public allait me suivre, si ma manière de voir le monde allait plaire. Mon but est de faire reconnaitre la justesse d’une émotion. Avec l’obsession de rester bien sûr intellectuellement honnête et prendre le risque que les gens ne cautionnent pas mon travail.

Où pouvons-nous vous retrouver prochainement ?

J’ai toujours beaucoup de projets en cours de réflexion et d’élaboration, aussi je vous invite à visiter régulièrement mon site internet sur lequel je relaye tous mes projets à venir !

www.thierry-blot.com : « le lien durable entre vous et moi »

Anna GANGLOFF